Chassez le naturel

Par Christophe Defer

Une petite donne intéressante de la finale de ligue d’Interclubs D1A :

En Sud, vous recevez :

A6

A5

R73

ARDV54

Avec ces huit levées de jeu et demi (cette notion de demi levée est en soi amusante...), il n'est évidemment pas question de ne pas jouer une manche, et toute séquence d'enchère post dinosaurienne vous conduira illico à déclarer le contrat de 3SA (je dis ça pour ceux qui seraient tentés d'ouvrir de 2SA, ou même de 2 suivi de 2SA (22/23) ).

Bon, pour bien visualiser la suite, voilà à quoi ressemblait le diagramme complet :

843

DV86

9642

63

RD105                                                           V972

764                                                                 R1092

DV5                                                                A108

1087                                                               92

A6

A5

R73

ARDV54

L'adversaire aurait pu avoir la délicatesse d'entamer une couleur rouge pour refiler la 9ème levée, mais, avec un manque de savoir-vivre flagrant (!), il décide d'entamer du Roi de pique. Désormais, il n'y a quasiment plus aucune chance de gagner ce contrat (mis à part un R sec, mais mieux vaut ne pas trop y compter, ça ne pèse guère plus de 1% de chance...).

Mais ne nous décourageons pas pour autant. Commençons par prendre l'A dès la première levée (le deuxième servira plus tard) et tirons 6 tours de pour voir ce qui se passe, en défaussant ce qu'on veut du mort (sauf DV de bien entendu). Les flancs défaussent diverses cartes (dont au moins un petit chacun, ce qui a le mérite de prouver que le R n'était pas sec au départ. Et il n'y a vraiment aucune raison qu'il le soit devenu à ce stade, une telle générosité du flanc n'étant pas à espérer). Rendu là, il ne reste plus qu'à sortir de la main en jouant le 6 (c'est pour ça qu'il ne fallait pas laisser passer l'entame). Les étant sympathiquement répartis 4/4, on n'a pas encore chuté...

Ouest a gardé ses 3 et les encaisse. On arrive donc à une position finale à 3 cartes avec Ouest en main et où je décide de sécher le R. La situation était alors :

 

DV

9

♠                                                     ♠

7                                                  R2

DV                                               A

♣                                                     ♣

A5

R

Maintenant, quel que soit le retour d'Ouest, 9 levées sont dans la boite pour un agréable score de +600, qui rapportera d'ailleurs 12 Imps.

Bien mérité ?

Ça valait le coup d'essayer mais en fait le problème était pour Est... Ce dernier a fait un peu trop rapidement des défausses qui peuvent paraître « naturelles » à première vue, mais, s'il avait pris quelques secondes supplémentaires pour analyser la situation, il n'aurait pas manqué de se rendre compte qu'en gardant, à 3 cartes de la fin, le R sec et A10, choix qui parait « antinaturel », alors il ne me laissait aucune chance : si je garde le R sec et A5 à , alors Ouest joue . Et si je garde l'A sec et le R second, alors Ouest joue ! Et si Ouest a bien compté les défausses, il n'a aucune raison de se tromper.

Moralité : chassons le naturel pour prendre le temps de réfléchir lorsque la situation l'impose ! 

 


 

Date de dernière mise à jour : 15/05/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×